×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

Le peuple Foulbé

LA DIVA DU SAHEL, artiste comédienne et musicienne LA DIVA DU SAHEL, artiste comédienne et musicienne Aminatou Ouwalé

Les Foulbé seraient originaires de la région sénégalo-mauritanienne, en Afrique de l'Ouest. Ils ont amené avec eux au Cameroun la foi musulmane. On les trouve non seulement dans ce pays, mais également au Sénégal, au Mali, en Mauritanie, en Guinée, en Sierra Leone, au Burkina-Faso, au Niger, au Nigéria, au Tchad et au Soudan.

Les Foulbé vivent principalement dans la partie septentrionale du Cameroun. Ils seraient partis du Nigéria, entrant dans le pays en plusieurs vagues. C'est au 15è siècle que la première vague, des éleveurs nomades, arrive au Nord Cameroun et s'y installe. L'immigration des Foulbé s'est faite de manière lente et par plusieurs voies. Les premiers immigrants, qui n'étaient que partiellement islamisés, se sont mêlés aux autochtones et Se sont mariés avec eux.

La vague suivante d'immigrants Foulbé, déc1enchée par la révolte de Othman dan Fodio dans le nord du Nigéria au 18è siècle, allait considérablement changer le cours des événements et l'organisation sociale du Nord Cameroun. Modibo Adama, le frère cadet et lieutenant de l'armée de Othman dan Fodio, mena le "Jihad" (guerre sainte) dans les régions septentrionales du Nigéria et du Cameroun, en passant par Yola. Il bâtit un empire apellé Adamaoua (ou émirat) et devint l'émir, le chef-lieu étant Yola. Les subdivisions de cet émirat étaient Yola, Maroua, Garoua, et Ngaoundéré. L'actuelle région de l'Adamaoua doit son nom à son premier émir Adama. Ainsi donc, c'est ce mouvement socio-religieux qui sera à l'origine de la domination des premiers habitants du Nord Cameroun, et même de l'émigration vers le sud des populations qui résistaient à l'influence des Foulbé.

Au milieu du 19è siècle, l'hégémonie foulbé était déjà établie dans tout le nord du Cameroun, et chaque groupe ethnique placé sous l'autorité d'un « lamido ». Seuls faisaient exception les Kotokos, les communautés Mandara et les Arabes Choa qui occupaient certaines parties de la vallée du Logone.

Au cours de la première moitié du 20è siècle, une autre vague de Foulbé arrive et s'installe dans les Hautes Terres du Nord-Ouest. Ils sont communément appelés Foulani (qui signifie peul en haoussa). Le Foulani type est grand et mince, avec une petite face, un teint clair et des cheveux frisés. On distingue deux types de Foulani:

  1. le Foulani urbanise (ou sédentaire)
  2. le Foulani éleveur (ou nomade ou mbororo).

Bien que l'on considère les Foulani comme un peuple nomade, ils ne mènent pas tous ce mode de vie. Les Foulani sédentaire ont perdu la plus grande partie de leurs troupeaux et ayant contracté des mariages avec les autres groupes, ils mènent une vie sédentaire. Du fait donc des rapports étroits qu'ils ont avec les autres groupes ethniques, ils ont acquis une culture mixte. Ces Foulani reçoivent une meilleure éducation et sont plus affectés par le mode de vie moderne. On les trouve surtout dans les villes situées dans le Diamaré, la Bénoué et l'Adamaoua. Seul un pourcentage relativement faible de Foulani s'occupe encore du bétail et pratique le nomadisme. Ce sont des éleveurs ou "Mbororo". Ceux-ci présentent des caractéristiques intéressantes. Ils sont peu disposés à abandonner leurs traditions séculaires. Ils se montrent pratiquement distants et sont fiers de leurs coutumes et traits raciaux. Ils ont préservé leur pureté raciale et linguistique en évitant de contracter des mariages avec les autres groupes ethniques. Cette deuxième catégorie de Foulani s'occupe peu de la religion et n'a aucun intérêt pour la politique. Ils n'ont d'yeux que pour leurs bétailles (bœufs, moutons et chèvres). Ils vont librement d'un pâturage à un autre, payant un tribut aux souverains ou une taxe de pâturage aux chefs dont ils utilisent les pâtures, mais ne devant obéissance à personne. Du point de vue numérique, les Foulani nomades sont peu nombreux. Cependant, ils vivent dispersés; on les trouve surtout entre le Diamaré et les hautes terres de l'Ouest et de Bamenda. Ils sont grands et maigres. Avec leur teint clair et un nez long et mince, ils ressemblent plutôt aux Arabes. De plus, avec leur marche lente, faite de grands pas, ils parcourent plus ou moins rapidement de grandes distances ct ne semblent jamais se fatiguer.

Vu 385 fois Dernière mise-à-jour : vendredi, 24 octobre 2014 15:26
yna