×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

La forêt verte d'altitude

lle apparaît dès 800m au voisinage de l'Atlantique, mais seulement vers 1800m aux monts Poli. Cette forêt d'altitude sous l'influence de facteurs biotiques, agricoles ou pastoraux, n'existe plus bien souvent que sous forme de lambeaux et îlots de très faible superficie, voire d'éléments floristiques isolés. Au Mont Cameroun, les coulées de laves l'anéantissent et, la recolonisation même à basses altitude est extrêmement lente. La forêt d'altitude se subdivise en deux étages :

a)- La forêt submontagnarde (800 - 1200 à 1800 - 2000 m) est constituée d'arbres particuliers ( Carapa grandiflora et pentadesma grandifolia aux fruits volumineux, Ficus , Xylopia africana ), parfois identiques ou à afinités avec des espèces des montagnes d'Afrique oriental ( Albizia gummifera et Newtonia buchananii aux fins feuillage, Pterygota mildbraedii à feuille en cours ) et quelque fois des espèces de plaine recherchant l'altitude ( Aningeria , Entandrophragma angolense , Trlepisium ). S'y rencontrent aussi Podocarpus milanjianus , seul gymnosperme autochtone, mais vivant en réalité au Cameroun entre 900 et 3000m (d' Ebolowa à Poli). Parmi les arbuste de sous-bois, de nombreuses espèces caractéristiques appartiennent aux genres Garcinia ou Psychoyria , et Dracaena deisteliana et représentent un élément révélateur du milieu. La fougère arborescente Cyathea manniana , plus rarement c. camerooniana y atteint son maximum d'abondance et de développement. A côté de quelques herbes et de quelques lianes, les épiphytes prennent un développement important, avec manchons et revêtement denses de fougères ( Asplenium , hymenophyllum ),de mousses ( Pilotrichella ), d'hépatique ( Mastigophora ) et de nombreux Begonia et Peperomia. Cette forêt, grignotée par les cultures, plantations de caféier, ou pâturages descendant parfois jusqu'à 1400m et moins sur l'Adamaoua, offre encore des espèces significatives dans les formations dégradées : Croton macrostachyus à feuilles argentées dessous, Macaranga occidentalis, Polyscias.
Le « paysage domestiqué agricole » du plateau dit bamiléké, densément peuplé et cultivé, présente un aspect bocager comportant des haies artificielles bouturées, arbres fruitiers, eucalyptus et cyprès introduits, cultures vivrières, plantations de caféier arabica. Un « paysage domestiqué pastoral », normalement cantonné au dessus de 2000m, compénétre parfois ce paysage agricole à des altitudes inférieures et des prairies pâturées à Hyparrenia prennent alors la place des jachères agricoles à Imperata , Melinis odorant, Pteridium (fougère aigle) et Rhynchelytrum, graminée aux inflorescences roses poilues. Les vallées marécageuses sont colonisées par des raphiales à Raphia farinifera utilisées pour son vin, ses bambous, ses feuilles. Quelques tâches de savane à Terminalia glaucescens s'insèrent dans le paysage.


b) La forêt montagnarde (1800 - 2000 à 2800 - 3000 m) s'élève au mont Oku jusqu'à 3000m. Partout ailleurs culture et élevage ont abaissés cette limite artificiellement, de même que les éruptions du Mont Cameroun. Elle est aussi souvent remplacée, rapidement, par de mornes pâturages à Sporobolus africanus aux touffes serrées, en brosse, unique constituant du paysage. Vers la limite supérieure de cette forêt, il est d'usage de séparer une bande de fourrés à éricacées comportant des arbustes colonisateurs ( Adenocarpus couvert de petites feuilles trifoliolées, Agauria au tronc crevassé, Crassocephalum mannii , Gnidia glauca aux inflorescences en boules jaunes, Hypericum aux larges fleurs dorées, Imppatiens sakerana , Mimulopsis , Philippia à petites fleurs roses), de même le bambou Arundinaria.
La forêt montagnarde est caractérisée par des arbres tels que Celtis africana , Nuxia , Prunus (exploités pour leurs écorces médicamenteuses), Rapanea , Syzygium staudtii Terntroemia polypetala , par des épiphyites étrangleurs ( Schefflera abyssinica ), ainsi que par des arbustes divers ( Allophyllus bullatus à feuille trifoliolées, Bridelia speciosa , Ilex , pavetta hookerana ). Les lianes y sont peu abondantes, les mousses et épiphytes moins spectaculairement développés qu'en forêt submontagnarde . Beaucoup de plantes herbacées appartiennent à des genres tempérés (alchémille, cynoglosse, dauphinelle, gaillet, laitue, pariétaire, renoncule, sanicule, pigamon, violette) ou tropicaux, voire africains, avec ici une ou plusieurs espèces particulières ( Acidanthera à belles fleurs blanches, Celosia globosa , Crassula charnues, Harpagocarpus Pouzolzia parasitica ) de 2200 et 2800 mètres abondant et à la cime globuleuse compacte vert foncé, aux branches en candélabre, à fruit couvert de crochets.

Vu 795 fois Dernière mise-à-jour : mardi, 17 février 2015 14:44
bems

Je reste convaincu que pour mieux développer notre pays, nous, camerounais avons besoin non seulement de bien le connaître, mais aussi de mieux nous connaître nous même...

Plus dans cette catégorie : Le secteur soudanien d'altitude »