×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

L'hydrographie du Cameroun

Le territoire camerounais est drainé à partir de l'Adamaoua et de dorsal Nyong-Sanaga , selon quatre bassins versants principaux :les bassin Atlantique, du Congo, du Niger et du Tchad.Au Cameroun on trouve également de nombreux lacs aux dimensions variées.

Le bassin Atlantique. 

A ce bassin appartiennent la Sanaga, et les fleuves côtiers (Nyong, Ntem , Moungo , Wouri ). Avec 920 km de longueur et un bassin de 140 000 km ² , la Sanaga est le principal fleuve du Cameroun. Elle collecte les eaux de l'Adamaoua méridional et du plateau central par le Djerem , le Meng , la Vina et le Lom grossi du Pangar ; de l 'ouest lui viennent le Mbam et ses affluents, le Noun et le Kim . Elle franchit les escarpements délimitant les différentes unités de relief par de multiples chutes et rapides dont les derniers à Edéa. Son débit moyen atteint alors 2072 m3 /s avec un étiage moyen de 473 m3/s en mars (minimum absolu 171 m3) et des hautes eaux d 'août à novembre (5700 m3/s). En crue on peut mesurer 7550 m3 /s. Son utilisation rationnelle par l'usine d 'Edéa à nécessité l'édification de retenues pour la régulariser : Mbakaou sur le Djérem , Bamendjing sur le Noun et Song Loulou, en aval des rapides de Kikot . Les fleuves côtiers de l'ouest ( Ndian , Mungo, Wouri ) convergent vers les régions basses du Calabar- Rio del Rey et vers le vaste estuaire du Cameroun qui rassemble les eaux du Wouri di Mungo et la Dibamba . Le Manyu , ou Cross River, draine la cuvette de Manfé et s'écoule vers le Nigeria.

Mis à part le Nyong et le Ntem au cours supérieur indécis et sinuant dans des marécages, on ne rencontre que de très petits fleuves au profil très mal régularisé : la Lokoundjé , la Kienké , la Lobé.

Le bassin du Congo
Il est représenté au sud-est par la Kadéï et la Ngoko . La première, grossie de la Doumé et de la Boumbé , rejoint la Mambéré pour former la Sangha en territoire centrafricain, alors que la Ngoko , constitué du et de la Boumba , conflue avec la même Sangha en territoire congolaisprès de Ouesso .

Le bassin du Niger 
A ce bassin appartiennent la Bénoué et ses affluents, dont le principal est le Faro, qui collectent les eaux de l'Adamaoua septentrional, des Mandara et des Alantika . Le Mayo Kébi qu'elle reçoit rive Droite, est un ancien émissaire du lac Tchad qu'empruntent encore les eaux de déversement du Logone, lors de fortes crues.

Le bassin du lac Tchad 
Il est le moins important. Le Logone en constitue l'élément essentiel. Né dans le nord-est de L'Adamaoua,de la Mbéré et la Vina du nord, il coule sur ses levées en aval de Yagoua . Il peut alors se déverser eau seuil de Bongor , vers les lacs de Fianga et Léré. Une partie de ses eaux rejoint ainsi la Bénoué, l'autre submerge les Yaéré dont la vidange est assurée par l' El Beid et le Serbewel . Les Mayo de la région de Maroua sont des cours d'eau saisonniers descendus des Mandara qui, en saison sèche, s'épuisent sur les alluvions sableuses de leur lit.
Tous les cours d'eau présentent un caractère commun : leur profil en long est coupé de rapides et de chutes (Nachtigal sur la Sanaga, Ekom sur le Nkam ), certaines même en bordure de mer comme pour la Lobé ; ils sont souvent peu profonds et encombrés de bancs de sables. Leur utilisation pour la navigation n'est guère possible, par contre ils représentent un potentiel énergétique très important. Leurs régimes hydrologiques se répartissent entre deux extrêmes : régime équatorial à deux pointes de crues correspondant aux deux saisons de pluie (Lobé, Lokoundjé ) et régime sahélien à une seule pointe et des maigres très prononcés aller jusqu'à l'interruption saisonnière de l'écoulement (Mayo Tsanaga ).Entre ces deux extrêmes existent toutes sortes de transitions, du régime soudanien de la Bénoué aux régimes complexes ou mixtes des fleuves à grand bassin-versant étalé sur plusieurs régions climatiques (Nyong, Sanaga, Logone).

Les lacs
Le lac Forongain , le plus grand lac du département du Noun avec ses 4600 m , d'accès pas aisé mais combien intéressant sur le plan touristique avec sa diversité faunique ; variétés de poissons , crocodiles et hippopotames ; de plus une avifaune riche et diversifiée tout autour.

Le lac Nyos normalement appelé lac Lwi, s'étend sur 275 ha et atteint 220 m de profondeur bien qu'en moyenne l'épaisseur de la nappe d'eau soit estimée à 91 m et son volume 251,4 x 106 m3 . Ses eaux se gorgent petit à petit du gaz carbonique relâché par leurs chambres magmatiques et à la longue, un dégazage massif peut se produire asphyxiant toute vie animale et humaine à son passage. Le dernier qui a eu lieu en 1986 entraîna la mort de 1700 éleveurs et agriculteurs qui vivaient sur les flancs fertiles du volcan. Depuis lors le gouvernement camerounais a mis en place des mesures pour effectuer le dégazage permanent du lac.

Le lac Tison à proximité de Ngaoundéré, ce petit lac offre un lieu agréable de la détente. (Présence de Bilharzies dans l'eau). C'est un lac de cratère classique de 300 m de diamètre environ, aux rives boisées. Selon la légende, les eaux de ce lac changeraient de couleur.Un ancien campement y est construit pour le repos des visiteurs.

Les Lacs Ossa, ce sont sept lacs situés à 8 m d'altitude du dessus au niveau de la mer, dans le bassin inférieur de la Sanaga à Dizangué.La végétation autour du lac est caractérisée par une forêt dense de basse altitude.

Le lac Manoun s'étend au creux de basses terres marécageuses à environ 1080 m d'altitude et à 3 km à l'est du fleuve noun. Le niveau de l'eau reste relativement constant quelle que soit la saison. Profondeur : 96 m . Le 16 août 1984 est la date de son dernier dégazage ayant asphyxié 37 personnes sur sa rive orientale.

Le lac Gouendana encore appelé lac Petponou est situé à Bankouop à environ 30 km de Foumbot. Il est constitué d'un lac femelle et d'un lac mâle séparés entre eux par une bande de terre de 300 mètres . Le lac mâle est le plus important (d'une centaine d'hectares) et le plus beau, où ski nautique et pêche sportive sont pratiqués.

Le lac Awing localisé dans la dorsale volcanique camerounaise, précisément dans le Nord-Ouest, ce lac est une accumulation d'eau dans le cratère d'un volcan éteint. Etendue d'eau partiellement stable qui abrite une faune aquatique variée pouvant attirer et satisfaire la curiosité des visiteurs. Tout autour s'est développé une belle végétation : habitat préférentiel de diverses espèces d'oiseaux ; c'est un espace favorable aux ballades.

Le lac de la Méfou est l'une des plus grandes étendues d'eau de création humaine située sur la Méfou à la lisière de Yaoundé. Les rives de ce lac sont constituées pour l'essentiel d'une végétation herbacée et arbustive très impressionnante.

Lac Maga situé à Maga dans la province de l'extrême nord, cette étendu d'eau de 6.000 m² , très poissonneuse a occasionné la création autour des villages de pêcheur. Les rives, sablonneuses constituent de belles plages où sont exposés et vendu des poissons frais. La végétation est rare autour du lac Maga, conséquence du climat sahélien.

Le lac Barombi est un lac de cratère qui se trouve dans la province du Sud-Ouest à moins de 5 km de la ville de Koumba. C'est une vaste pièce d'eau suspendue entre ciel et terre, entourée par une végétation toujours verte. Ce lac est presque immobile et est parcouru régulièrement par les pêcheurs en pirogue qui peuvent vous emmener, si vous le souhaitez sur la rive opposée dans leur petit village.

Lac Mbalang est un joli lac de cratère agrémenté en son centre par un îlot boisé. Il est situé à 22 km de Mbalang Djalingo à l'ouest de Ngaoundéré.

Le Lac Oku situé à 8 km à l'ouest du Mont Oku, ce lac de 2,3 km de diamètre et 50 m de profondeur se blottit au creux d'un ancien appareil explosif composé de deux cratères principaux sécants, à 2227 m d'alTitude avec un exutoire localisé au sud du lac. Pour y arriver, préférez les pentes du côté ouest du lac.

Lac Baleng ( 1500 m d'altitude) est situé au nord de Bafoussam. Il occupe en fait un cratère de 800 m de large dans un cône à pentes faibles (30°) haut de 60 m , et large de 1,2 km .

Lac municipal de Dschang est traversé par un pont aménagé connu sous le nom de '' pont de plaisir'' à partir duquel il est possible d'observer dans l'eau, poissons (silures, tilapia et autres), canard qui plongent régulièrement et remontent à la surface. Par temps chaud, un vent frais souffle du lac vers le pont et les visiteurs s'y reposent sur les bancs publics construits à cet effet. Tout autour, une végétation très impressionnante constituée de bananiers, d'avocatiers, de manguiers, etc. est une particularité.

Lacs Jumeaux : d'origine volcanique, ces impressionnants lacs sont situés aux pieds du mont Manengouba. En amont, le lac mâle est très agressif ; il est interdit de s'y baigner et même de s'en approcher pour des personnes sensibles, et plus bas, le lac femelle est plutôt bien calme et accessible à tous. La végétation herbacée su paysage environnant es superbe.

Vu 387 fois Dernière mise-à-jour : samedi, 06 août 2016 23:12

Articles similaires

yna

Plus dans cette catégorie : Le bilan hydrique du Cameroun »