×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

Le gnetum

Le mot est utile et pratique dans les mots croisés. Le gnetum, appelé aussi gnète, est en passe de devenir un enjeu économique important pour L'agriculture camerounaise. En effet, cette plante grimpante, dont on consomme les feuilles, mélangées avec d'autres légumes

(on en fait une sauce avec de l'huile de palme ou d'arachide) ou seules, et pouvant accompagner des viandes ou du paisson fumés, fait l'objet d'un commerce grandissant avec le Nigeria, qui en importe près de 2 000 t par an. Elle est donc cultivée et exportée dans la zone frontalière avec le Nigeria, principalement au sud-ouest du Cameroun. La demande nigériane (la culture intensive et la déforestation l'ont fait pratiquement disparaître dans ce pays) a fait monter les cours, ce qui est bien sur une aubaine pour les exportateurs camerounais, mais inquiète aussi en raison des risques de surexploitation agricole. Le gnetum s'appelle, selon les endroits, hekok, eru (ou ero), koko ou okok. Le hekok est donc progressivement devenu une très bonne monnaie d'échange pour les paysans du sud du pays, et pas seulement pour le Nigeria. l'exportation est massive, à des prix qui font rêver les agriculteurs camerounais, très satisfaits des 400 F qu'ils obtiennent par kilo, même si la gnète est revendue 6 fois plus cher au Nigeria et 20 fois plus encore en Europe.

Vu 357 fois Dernière mise-à-jour : lundi, 26 mai 2014 22:17
Plus dans cette catégorie : « Le maïs Le coton »