×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

Comment se déplacer au Cameroun ?

En dehors des enbouteillages que l'on peut retrouver dans les grandes villes du Cameroun, il est de plus en plus facile de s'y déplacer. En fonction de votre bourse, différents choix s'offrent à vous pour tout déplacement dans les artères des villes du pays. Il s'agit des bus de transport en commun pour les villes de Yaoundé et de Douala, des taxis, des transporteurs clandestins communement appelés "clandos" et des motos taxi.

Les bus de ville

Dans les deux villes de Yaoundé et de Douala, différentes sociétés assurent au quotidien le transport des populations. Tous les grands quartiers de ces villes en sont déservis. Le principe de transport est le ramassage des clients à des points précis, souvent aménagés appelés arrêts bus.

Les taxis de ville

Le Taxi au Cameroun est collectif il suffit le plus souvent de lever le bras, ou même de cheminer tranquillement dans la rue, pour qu'un taxi jaune s'arrête. La rude concurrence poussé à la pratique du marchandage qui vous permet de négocier le tarif soit à la hausse, soit à la baisse. Les tarifs varient suivant la fluidité de la circulation : comptez autour de 1.500 francs CFA pour une course en ville.

Tarifs officiels des taxis à Yaoundé et Douala

Aéroport-centre ville - Jour : 3 000 F CFA - Nuit : 3 500 F CFA
Taxis de ville
Tarif de jour : 250 F CFA le trajet
Tarifs de nuit (de 22 heures à 5 heures du matin): 300F CFA

Les taxis-clandos

Dans la banlieue de Yaoundé, de Douala et la plupart des villes secondaires, les taxis de plus en plus rares sont le plus souvent collectifs : le nombre de places varie suivant la taille de la voiture et celle-ci ne part que lorsqu'elle est pleine.

Les motos taxis

Ce moyen de transport s'est développé dans les petites villes et les villages où les populations n'avaient pas de services de transport urbain, et où les déplacements étaient difficiles du fait du manque de véhicules. Très rapidement, avec la croissance anarchique des quartiers, les embouteillages, ainsi que la mauvaise organisation du transport urbain ce mode de transport a envahit les grandes villes.

Vu 439 fois Dernière mise-à-jour : lundi, 02 février 2015 20:11
bems

Je reste convaincu que pour mieux développer notre pays, nous, camerounais avons besoin non seulement de bien le connaître, mais aussi de mieux nous connaître nous même...

Plus dans cette catégorie : « Les fêtes traditionnelles.