×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

La réserve forestière de Nta Ali

La réserve de Nta Ali est située dans la région du Sud-Ouest, entre les latitudes: 5°21´ et 5°38´N et les longitudes 9°20´ et 9°32´E. Elle est entièrement située dans le département de la Manyu. Sur les cartes I.G.N au 1/200,000, elle se repère sur la feuille de Mamfe, NB-32-X. Sur la carte phytogéographique de Letouzey (1985) au1/500,000, elle se repère sur la feuille 3.

Limites et étendue
En gros la réserve a la forme d´un triangle, avec le sommet vers le Sud et la base vers le Nord. Elle couvre une superficie de 31,500 ha . Elle est limitée à l´Est par la route National n° 8 Mamfe Kumba. A l´Ouest par le croisement de la route Ossing- Akak et la rivière Mbinrop, au Sud par la rivière Barguma3

Relief et réseau hydrographique
La réserve est incluse dans la plaine intérieure de Mamfe dont l´altitude moyenne est de l´ordre de 150 à 200 m . Le relief est accidenté au Nord (Mont Nta Ali 1266 m et plat dans la partie Sud. Le Nta Ali est caractérisée par des pentes très abruptes qui définissent de très belles falaises sur le flancs nord-est et par un ravinement important, marqué par des gorges plus ou moins profondes. A l´ouest et traversant la réserve, on noter la présence d´une rivière importante, la Manfue River. Les cours d´eau du secteur se jette directement dans la Manyu. Ceux du Sud s´orientent au Sud-Est, tournent pour se jeter aussi dans la et dans la Cross River.

Formations géologiques et sol
La zone d´étude est en grande partie constituée par un socle granitique ancien qui s´est trouvé disloqué par des éruptions volcaniques récentes. La plaine intérieure 3Limite de la réserve de Nta Ali A l´Est: limite orientale de la réserve au niveau du parallèle 5°32´ jusqu'à la borne forestière n° 61 de la limite de la réserve,puis de cette borne à la borne n° 6 sur la route Bakebé-Kumba Au sud: de la borne n° 6 à la borne 16 sur la Manfue River. A l´Ouest: de la borne n° 16 à la borne n° 60, au croisement de la piste Ossing-Akak et de la rivière Mbinrop Au nord : de la borne 60 à la borne n°54. La partie éliminée correspond au mont Nta Ali. s´est constituée au Crétacées tandis que les plaines méridionales de part et d´autre du Mont Cameroun se sont créées au quaternaire.

Deux classes des Sols peuvent être distinguées:
- les Sols bruts ou peu évolués sur les pourtours du massif montagneux de Nta Ali. Ces Sols sont riches en matières organiques.- les Sols ferrallitiques jaunes sur roche sédimentaire très abondantes dans la plaine de Mamfe et les Sols ferralitiques rouges sur basalte au sud de la réserve, région de Nguti.

Le point culminant du site est le mont Nta Ali, ( 1,266 m ) est d´origine volcanique. Les pentes les plus élevées sont des roches intrusives, syénites et granites et à plus basse altitude des basaltes et trachytes.

Le climat
Les données sur la climatologie sont de la station météorologiques de Mamfe. Le climat est pseudo tropical humide à régime pluviométrique unimodal avec une seule saison de pluie. La pluviométrie annuelle varie de 3,000 à 4,000 mm avec abondance des pluies entre mai et octobre. Il y a une seule saison des pluies qui dure de mars à octobre. La saison sèche dure de novembre à février. Les températures peu variables restent constamment élevées. Les températures moyennes mensuelles sont de 21° en janvier et 34° en mars. L´hygrométrie varie de 74 à 85 %. Les brouillards sont fréquents avec pas moins de 188 jours par an (Suchel, 1987).

Végétation
La forêt dense sur sol ferme couvre 99% de la superficie du site avec inclusions de zones marécageuses le long de la Manfe River. La forêt est homogène et sans trouée importante. Il n y a pas de formation non forestières à l´intérieur de la réserve (Document C.T.F.T. 1976). On peut y distinguer quatre types d´habitats (Gartlan 1889).

a. une forêt sub-montagnarde au sommet du mont Nta Ali et sur les pentes les plus élevées. Ici la physionomie et La flore diffèrent de celles des forêts des zones basses et montrent des profondes homologies avec les formations submontagnardes connues ailleurs aux mêmes altitudes (Achoundong 1995); en effet, certaines plantes n´apparaissant qu´à 1000 m dans les collines de Yaoundé se rencontrent aux mêmes altitudes dans le massif de Nta Ali; c´est le cas de: Garcinia polyantha, Malouetia mildbraedii, Myrianthus libericus ; d´autres plantes abondantes sur les collines de Yaoundé ont aussi à Nta Ali des densités relatives élevées. Ce sont: Leonardoxa africana, Soreindea sp. Garcinia lucida, Syzygium staudtii ; le Nta Ali se distingue des autres sommet par l´abondance particulière qu´y montrent Lasiodiscus fasciculiflorus, Sericanthe raynaliorum. Podocarpus latifolius ainsi que d´autres espèces typiquement montagnardes doivent être recherchées sur les plus hauts sommets;

b. une région de sous-type de forêt côtière atlantique typique de la région nordouest, où les Caesalpiniaceae sont rares et que l´ont rencontre sur les pentes de moyenne et de faible altitude.

c. une forêt sempervirente de basse altitude de type côtier atlantique à Caesalpiniaceae;

d. formation saxicoles assez étendue sur les pentes exposées; il y a Lieu d´y rechercher le Microdracoïdes squamosus espèce typique des dalles rocheuses.

Faune
Les principales espèces de mammifères sont peut-être similaires à celles d´Ejagham et de Korup. Il n´y a pas eu d´étude systématique. Parmi les mammifères susceptibles d´y habiter, on peut citer: Mandrillus leucophaeus, Cercocebus torquatus, Cercopithecus nictitans martini, C. mona, C.erythrotis camerunensis, C. pogonias, Pan troglodytes, Loxodonta africana cyclotis, Potamochorus porcus, Cephalophus monticola, C. dorsalis et Syncerus caffer . Les gorilles, qui ne semblent pas traverser le réseau fluvial de Munaya-Cross semblent en être absents. Le site paraît avoir une faune avienne et une flore intéressantes. Il n´y a eu d´observation ni de prélèvement systématiques.

Peuplement humain
Le département de la Manyu compte près de 60,000 habitants pour une densité de 10,55/km². Il y a une assez forte pression due à La population. On trouve des villages tout au long de la route qui relie Kumba à Mamfé, marquant la limite Nord et Ouest de la réserve, située à 15 km de la ville de Mamfé. La chasse et la pose des pièges sont fréquentes, notamment dans Les Régions de basse altitude. Les Banyangi constituent l´ethnie principale de la région.

Infrastructures
La route nationale n°8 qui relie Kumba, Mamfe au Nigeria forme la limite Est de la réserve. De Besinge et de Nchang, une route secondaire permet d´accéder à la réserve par le Nord-Ouest. Cette route carrossable jusqu'à Akak est prolongée par une piste qui longe la réserve jusqu'à Nguti. Un pont sur la Badi River , avec pile en béton, de construction allemande est le seul vestige d´un projet de route Ossing- Nguti. Il y a une piste d´atterrissage à Bessongabang. L´accès vers Douala reste difficile à cause du mauvais état de route.

Activités humaines
Les population sont des petits agriculteurs (manioc, maïs, plantain, macabo) qui peuvent posséder aussi des petites plantations familiales de Cacao ou de café. La production des palmistes et la fabrication traditionnelle de l´huile de palme est une activité importante. Dans toute la région se pratique l´élevage des chèvres des moutons des porcs et des volailles. Il n´ y a pas de plantations industrielles dans la zone de la réserve.

Statut légal et gestion

Créé en 1937, par le forestry ordinance de l´administration britannique, la Réserve forestière de Nta Ali est considérée comme une forêt de production, mais n´a pas été reclassée (Gartlan, 1989). Elle fait partie du domaine privée de l´Etat. La Direction des Forêts et l'ONADEF sont chargés de la gestion du site.

Etat de conservation et Valeur du site

La région n´a pas connu des plantations agricoles qui ont décimé la nature ailleurs et l´exploitation forestière n´a concerné que la partie Sud de la réserve. Les zones accidentées comme le Nta Ali pourront jouir d´une protection facile. Elle peut être incluse comme la réserve des Rumpi Hills, dans la zone contrôlée par le projet Korup (Culverwell, 1997)

Sur le plan floristique, le site présente un grand intérêt potentiel. Le sous-type de forêt biafréenne à Caesalpiniaceae grégaire couvrant le Nord-Ouest de la réserve n´est pas bien connu. La forêt sub-montagnarde assez isolée des autres régions sub-montagnardes a récemment fait l´objet des études sommaires (Achoundong 1995) et mérite d´être mieux connue. Quant à la faune, il serait intéressant de savoir si Procolobus badius preussi fréquente cette forêt, de même qu´il serait intéressant d´étudier l´avifaune et La faune amphibienne pour établir le dégré de spécialisation, comparé aux autres régions sub-montagnardes.

Problèmes identifiés
Aucun plan d'aménagement n'existe pour le site . Actions prioritaires pour la conservation et l´utilisation durable des Ressources En 1989, Gartlan proposait les deux actions suivantes :

i. une étude pour déterminer le degré d´intégrité écologique du site et faire l´inventaire de La faune et de La flore.

ii. le cas échéant, une évaluation le potentiel de reclassement de la réserve, notamment le sommet du Nta-Ali lui-même, en forêt de protection. Cela impliquerait la préparation d´un plan de gestion pour Les Régions de protection et celles de production. Rien de tout cela n'a été fait pendant les dix dernières années.

 

Auteurs : G. Achoundong et Z. Tchanou, 1998

Vu 431 fois Dernière mise-à-jour : samedi, 30 avril 2016 18:11
bems

Je reste convaincu que pour mieux développer notre pays, nous, camerounais avons besoin non seulement de bien le connaître, mais aussi de mieux nous connaître nous même...