×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

La Peinture au Cameroun

Florence Nénakwé et l'une de ses toiles Florence Nénakwé et l'une de ses toiles www.journalducameroun.com

Après des années de léthargie, la peinture se révèle petit à petit aux camerounais comme un art majeur.Les artistes peintres camerounais peuvent être regroupés en trois générations :

Celle des années soixante qui fut marquée entre autres par Otheo, Martin Abossolo qui exposaient déjà régulièrement des toiles traitant de la danse et de la musique. La génération suivante a, pour l'essentiel, suivi une formation hors du pays. Les artistes de cette génération sont profondément imprégnés de la richesse de leur patrimoine et reviennent dans leur pays pour y travailler et enseigner leur savoir faire aux jeune. C'est le cas de Pascal Kanfack qui enseigne, peint et sculpte des ouvres impressionnantes, René Tchebetchou, Kouam Tawadje, Mbella, Gédéon Mpando, sont partisans de la même ambition. A côté des autodidactes tels Koko Komegne ou Kagayan Viking, fourmillent d'idées originales.

Spontanément, des galeries d'art, des groupes, des clubs se créent pour former, stimuler et encourager la créativité. De là naît la troisième génération représentée par Goody Leye, Joseph-Francis Sumegne, Jean-Marc Siangue, Aris Ava, Serge Demfack et bien d'autres aussi inventifs et impressionnants les uns les autres et qui prennent la relève des anciens de la meilleure manière. Ainsi, même si la peinture camerounaise est nettement moins commerciale que sa musique, Didier Schaub, un responsable d'une galerie d'art nous affirme qu'elle le restera, tant qu'elle sera le ''parent pauvre'' de l'art du pays. Pourtant, à le croire, plusieurs camerounais comptent parmi les vedettes de l'art plastique du Sud.

A côté des peintres connus, il en existe de nombreux autres dont les œuvres très typiques sont exposées au bord des rues. Cette peinture des rues vaut largement qu'on s'intéresse à elle.

Vu 384 fois Dernière mise-à-jour : mercredi, 11 mars 2015 11:31
bems

Je reste convaincu que pour mieux développer notre pays, nous, camerounais avons besoin non seulement de bien le connaître, mais aussi de mieux nous connaître nous même...