×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

La deuxième génération de Producteurs

A la fin des années 80 et le début des années 90 apparaît une deuxième génération de cinéastes. Certains bénéficieront des derniers financements publics à travers un FODIC déjà en proie à des difficultés de gestion et qui disparaîtra en 1991.

Ils ont pour chef de file Bassek Ba Kobhio, dont l'œuvre majeure Sango Malo ou Le Maître du canton a été sélectionnée au festival de Cannes en 1991 dans la catégorie "Un certain regard".

Bassek y déroule la vie de Bernard Malo, jeune instituteur affecté à l'école de Lebamzip. Un village planté en plein cœur de la forêt équatoriale. Malo est un jeune homme libertaire aux conceptions subversives qui passe avec ses élèves autant de temps dans les champs qu'en classe. Ce faisant, il met en place un rapport éducatif moderne au grand désespoir du directeur de l'école. L'affrontement est inévitable. La tâche de Malo se complique du fait de l'hostilité du chef et de ses notables. Cette hostilité est d'autant plus irréductible que Malo a décidé de regrouper les paysans au sein d'une coopérative, après avoir introduit des matières telles que l'éducation sexuelle et la politique à l'école. Le petit village vivra des moments à la fois merveilleux et terribles. Au final, la mutation de Bernard Malo est décidée.

Jean-pierre Bekolo tourne en 1992 Quartier Mozart, une comédie où une jeune fille et sa grand-mère dialoguent en meublant leurs échanges de contes improvisés. La grand-mère qui possède des pouvoirs surnaturels transforme sa petite fille en homme. Celui-ci va alors se lancer dans une série d'aventures amoureuses. Mais le regard du personnage est et demeure celui d'une jeune fille.

La décennie 90 voit le déclin des fonds publics. Les cinéastes font de plus en plus appel à des capitaux privés, bien parcimonieusement distribués. La productivité s'en ressent. Seule la vieille garde bénéficie de la confiance des bailleurs de fonds. Ce seront encore Teno, Dikongue, Kamwa et Moukouri les plus prolifiques. Bassek Ba Kobio ne tournera qu'une fois en 1995 Le Grand blanc de Lambaréné.

Se situant dans la même tranche d'âge que Bekolo (ils sont tous deux nés en 1966), François Woukoache sort en 1998 Fragments de vies, série de fables situées dans les bas-fond d'une ville d'Afrique équatoriale, une espèce de zone indéfinie, où la nuit venue, les gens semblent retrouver une vitalité qui explose dans les discothèques et les bars.

 

Jean-Marie Mollo Olinga

Vu 461 fois Dernière mise-à-jour : vendredi, 13 mars 2015 13:54
bems

Je reste convaincu que pour mieux développer notre pays, nous, camerounais avons besoin non seulement de bien le connaître, mais aussi de mieux nous connaître nous même...