×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

L'art de la vannerie

Les termes osier, jonc, rotin, bambou, désignent tous des fibres végétales dont l'art d'en faire des objets utilitaires se nomme la vannerie. Les vanniers cueillent ces fibres en brousse, sur les terres humides qui traditionnellement abondaient en milieu rural

Les termes osier, jonc, rotin, bambou, désignent tous des fibres végétales dont l'art d'en faire des objets utilitaires se nomme la vannerie. Les vanniers cueillent ces fibres en brousse, sur les terres humides qui traditionnellement abondaient en milieu rural, et les font sécher avant de les transformer en paniers, sièges, tables ou étagères, et mêmes ensembles de salon. En chauffant les fibres épaisses, ils donnent d'abord à l'armature ses courbes permanentes, pour ensuite attaquer la finition tressée.

Certains articles présenteront des fibres de couleurs naturelles, légèrement variées, ou teintées par le vannier. Mais le vrai talent du vannier réside dans son art de constituer des motifs dans le tressage, dont l'image apparaît ou s'estompe selon l'angle de vue.

Les produits de la vanerie varient d'une région à une autre. A Djingliya, Bali et Bamenda on trouve des sacs et sets de table en raphia, etc., à Foumban, on a des meubles en rotin, à Mbalmayo et dans la région de Yaoundé on trouve des meubles en rotin et en bambou.

Moins que les intempéries, ce sont les insectes xylophages qui menacent le plus la longévité des produits, aussi les vanniers y applique-t-on un traitement anti-parasitaire. Un article fabriqué selon les règles de l'art dure plus, dit-on, qu'une génération humaine !

Vu 271 fois Dernière mise-à-jour : mercredi, 11 mars 2015 12:40
bems

Je reste convaincu que pour mieux développer notre pays, nous, camerounais avons besoin non seulement de bien le connaître, mais aussi de mieux nous connaître nous même...