×

Avertissement

Échec du chargement du fichier XML

mercredi, 26 février 2014 10:37

L'organisation politique et sociale.

Écrit par 
La structure sociale et politique chez les Fang ou Beti, se caractérise par trois éléments essentiels : la liberté, la parenté et l'absence d'une organisation politique centralisée.
Les instruments de musique, traditionnellement sont le tam-tam, le balafon, le Mvet. Les beti ne ont été de grands forgerons, ils ne travaillaient donc pas beaucoup le bois.
Le rite de la purification, appelé tsogo chez les Eton, Tso chez les Ewondo, et Esobino chez les Fang que l'on pratique publiquement pour se laver d'une faute morale, afin d' éloigner de soi, la maladie ou la punition des ancêtres.
Le mariage selon la tradition est très codifiée. Aujourd'hui, il est pratiqué avant le mariage civil et le mariage religieux. L'union n'est pas valide tant que le mariage coutumier n'a pas été fait. Après maintes discussions trainant de long en large, et visant à éprouver la patience du futur marié le marié se verra contraint de subir des épreuves prouvant sa maturité, son intelligence, son courage, tel manger une papaye verte. De même en sa faveur joue l'éloquence de la délégation familiale qui l'accompagne, afin d'amadouer la famille de la mariée. Le troc était institutionnalisé dans le cadre des alliances matrimoniales qui étaient l'occasion d'échanges de biens. Ces échanges duraient toute la vie, et ils étaient effectués à l'occasion de mariages exogamiques.
Une autre coutume, appelée Isani chez les Eton, est celle d'une danse spéciale, pratiquée uniquement par les petits-enfants et arrières petits-enfants d'un patriarche le jour de son décès.
Avant l'arrivée des Européens, des croyances animistes existaient en un dieu dit Ntodobe. Les religions chrétiennes arrivent en fin du XIXe siècle et les colons contribuent à la fin de ces croyances.. L'expansion de l'Islam s'étant arrêtée au Nord du Cameroun, les missionnaires européens ayant précédé ou accompagnant les colons ont pu christianiser les Béti. Les Béti sont donc actuellement catholiques ou protestants.
La liberté : Chez les Beti tous les Hommes sont égaux. Le mot «Beti» est traduit en français par les seigneurs, les nobles, ou les hommes libres et selon Henri Ngoa, "les Beti sont des hommes « libres » et capables de se défendre par leurs propres moyens". L'espace Beti est donc un espace de liberté à grande tendance égalitaire où les groupes sociaux sont établis en fonction de la parenté.
La parenté : Les seules structures que l'on trouve en pays Beti sont la famille étendue, le lignage et la tribu. Ces trois structures correspondent respectivement au ndabot, au mvog (chez les Beti) ou esa (chez les Fang) et à l'ayon. Toutefois, le Mvog reste l'unité fondamentale de toute l'organisation sociale. La structure sociale dominante de la société Beti est donc une structure par patri-lignage emboîté.
En effet, selon Laburthe-Tolra, dans son acception sociale, le mot «mvog» « désignera l'ensemble des descendants de l'homme fondateur ou de la femme fondatrice...Le mvog pourra alors se traduire par «lignage», à condition qu'on comprenne bien qu'il s'agit toujours de patrilignage, même si l'éponyme est une femme. Tout géniteur fonde de ce fait un lignage, un mvog, ou si l'on préfère, tout segment de lignage est le point de départ d'un nouveau mvog qui s'emboîte dans le précédent, chaque enfant appartenant à la fois au mvog de son père, à celui de son grand-père paternel, à celui de son arrière grand-père et ainsi de suite, en ligne agnatique. ».
C'est donc le «mvog » ou «l'esa », structure sociale fondamentale de Beti, qui joue le rôle essentiel dans les règles de mariage et de solidarité sociale. C'est à travers le Mvog que s'organise la vie politico-militaire, économique et religieuse.
Vu 864 fois
Évaluer cet article
(0 Votes)
----
yna

Yaoundé